Séminaire des études politiques. Séance 6

Catégorie d'actualité: 
Manifestations scientifiques

La sixième séance du séminaire des études politiques de l’ERMES aura lieu le jeudi 11 avril de 14h à 17h en salle 401.

Nous recevrons Christine Pina et Gilles Ivaldi (Professeure en science politique à l’UNS et Chargé de recherche CNRS, science politique) autour d'une séance intitulée Les droites à Nice, la séance sera discutée par Marc Ortolani (Université Côte d’Azur – ERMES) et Daniela Trucco (ERMES).

Nous recevrons également pour l’occasion Anaïs Lambert et Emilie Pesselier, qui nous présenterons les conclusions du rapport de l’Anafé intitulé « Persona non grata - Conséquences des politiques sécuritaires et migratoires à la frontière franco-italienne, Rapport d’observations 2017-2018 ».

Résumé :

"Forte de son expérience de près de trente ans aux frontières extérieures de l’espace Schengen, l’Anafé a entrepris, entre 2017 et 2018, un travail d’observation et de recueil de témoignages afin de documenter, mettre en lumière et dénoncer les pratiques illégales de l’administration française à l’encontre des personnes en migration sur l’ensemble de la frontière franco-italienne. Ce travail n’aurait pas été possible sans les associations et militant.e.s locaux et nationaux, français et italiens, qui agissent sur cette frontière.

Associant des analyses aux observations et témoignages récoltés par le biais d’un travail de terrain mené de la frontière « basse » (entre Menton et Vintimille et remontant dans la vallée de la Roya), à la frontière « haute » (du Briançonnais au tunnel du col de Fréjus et Modane en passant par les cols de Montgenèvre et de l’Échelle), ce rapport s’articule autour de trois parties :

    • La militarisation de la frontière franco-italienne, son historique, ses formes contemporaines en lien notamment avec le rétablissement des contrôles aux frontières nationales.
    • Les violations des droits constatées à l’occasion des contrôles et interpellations et du refoulement des personnes exilées.
    • La résistance des militants mobilisés dans un contexte de pression contre les personnes exilées et contre les personnes solidaires."